Ernest Bergez

Les appareils électroniques sont branchés entre eux selon de complexes itinéraires de câbles.
Ces itinéraires de câbles permettent aux appareils de crisser ensembles.
D’une main vive, l’opérateur intervient, créant des pliures et courbures dans la masse sonore.
Le danger est latent et la musique aussi violente que douce.

Ernest Bergez pratique une forme bricolée et spontanée de live électronique qui combine les manipulations de la musique concrète avec les techniques du dub jamaïcain et les assauts de la noise music. Les sonorités brutes de l’électronique côtoient des sons collectés au quotidien : motifs rustiques de violon, ébauches de chansonnettes, conversations chapardées à la volée, fragments de musiques anonymes. Derrière cette démarche en « conglomérats », il y a le vœu de rapprocher le musical de la vie et d’ancrer l’écriture dans le vécu immédiat. La présence fantomatique et surréelle des sons « fixés » est utilisée comme un miroir, mais un miroir déformant et hasardeux qui ouvre un espace potentiel à la complexité des émotions humaines.

Dans la continuité de cette démarche, il s’intéresse aux musiques et danses traditionnelles du Massif Central (et de toute l’Occitanie par extension). La pratique du chant, du violon et de la danse alimente sa réflexion et son travail autour de la conscience modifiée dans l’acte musical : impact physique par combinaison de bourdon, mouvements cycliques, durées longues et effets de cadence, ritournelle comme « énonciation territoriale » intime et spontanée. Ces préoccupations impriment fortement les compositions, notamment certaines pièces de Sourdure et dans la musique du duo Kaumwald, renouant par incidence avec l’esthétique Techno. Un model se profile : une musique toujours pareille, toujours différente.

Formé à l’ENM de Villeurbanne, puis au CEFEDEM Rhône Alpes, Ernest Bergez est Titulaire d’un Diplôme d’Etat de professeur en musiques actuelles amplifiées. Au cours de sa formation au Cefedem R.A, il a suivis un « tutorat artistique » avec Jérôme Noetinger. Il enseigne actuellement au CRA.P à Lyon et intervient au Cefedem Rhône Alpes.

K a u m w a l d (avec Clément Vercelletto)

Nakishima (avec Melissa Acchiardi)

Cascade (avec Julien Grosjean)

Sourdure (solo)

www.ernestbergez.com

Julien Grosjean

Details »

Ernest Bergez

Details »

François Lamy

Details »

Allo

Le collectif Si conçoit, anime et produit depuis 2010 des projets mettant en jeu le son et l’ouïe.
Il met en relation des personnes, des pratiques et des espaces, et interroge la chose sonore dans ses implications artistiques, sociales et politiques.
Revendiquant une identité composite (musiques expérimentales, improvisées, acousmatiques, traditionnelles, actuelles…) et des outils mixtes (instruments acoustiques, lutheries électroniques, microphones, bandes magnétiques…), il partage l’idée d’une musique au-delà des notes, intégrant les sons et les bruits.
Le collectif Si milite pour une musique incarnée (la voix, le corps, la danse) et une relation active à l’écoute, dans son caractère musical mais aussi social et relationnel.
L’environnement, l’architecture, et globalement les spécificités des espaces investis sont considérés comme éléments constitutifs de création.
Le collectif Si mène des actions de médiation, de création et de diffusion

Inscription à la newsletter

Details »

Péroline Barbet

L2001144-2_Peroline Barbet

Details »